Tags

, , , , , , , ,

45 jours. Oui.

45 JOURS SANS TRITURAGES.

45 jours sans gratter, toucher, déloger, percer, retirer, arracher, enlever, faire sortir.

45 jours sans charcuter, abîmer, malmener et mutiler sa peau, malgré la présence de boutons et points noirs, de bosses, de marques d’anciennes cicatrices et de rougeurs.

45 jours sans boutons surinfectés, imperfections triturées, rougeurs, acné excorié, marques, ensanglantées, plaies, bobos, croûtes, cicatrices…

45 jours sans se coller à 2 millimètres du miroir, sans inspecter chaque aspérités de sa peau, sans se poser 10 000 questions sur l’état de sa peau.

45 jours sans être dans “l’attente que ça cicatrise”, sans compter les jours avant de pouvoir ressortir, sans effroi et dégoût en passant devant un miroir.

45 jours sans avoir l’envie incontrôlable et le besoin irrépressible de triturer, de se défouler sur sa peau.

45 jours sans passer 1 heure à se camoufler le visage sans y parvenir.

45 jours sans frustrations, dégoût, colère, impuissance, solitude.

45 jours sans avoir envie de se cacher, sans être mal à l’aise quand quelqu’un vous regarde, sans être agressive et contrariée parfois.

45 jours sans pleurer à cause d’une crise et du mal être qui l’accompagne.

45 jours à prendre plaisir à se mettre en valeur, à accepter la moindre proposition de sortie avec hâte.

45 jours plus apaisée, libérée, détendue, assurée.

45 jours à être satisfaite de son reflet dans le miroir.

45 JOURS SANS LA DERMATILLOMANIE.

45 jours d’une petite renaissance.

Je ne crie pas victoire. Je reste sur mes gardes. Je sais que je dois rester très vigilante, que la crise guette toujours. Je ne suis pas guérie. Je ne veux pas me reposer sur mes lauriers. Je dois continuer à me battre et à lutter, j’ai encore ce truc en moi contre lequel je me bats : l’habitude, le besoin, l’obsession, la peur de recraquer, le stress et la tension d’être face à un miroir et de sentir mon regard se porter machinalement sur la moindre imperfection. J’ai encore l’impression d’être un peu comme Golum dans le Seigneur des anneaux, avec son précieuuuuux anneau. Il a cette obsession et cette fascination malsaine, il se bat contre lui même, contre son jumeau maléfique. Vous voyez le genre…–‘

Alors, non, je n’ai pas gagné la guerre.

Mais j’ai remporté une bataille.

Si le cas psychologique et dermatologique que je suis peut le faire, alors vous aussi vous pouvez le faire, croyez-moi !! YES YOU CAN ! MAY THE PEAUWER BE WITH YOU ! –> AVEC LA VOLONTÉ DE SE RETENIR DE CRAQUER ET LA RESIGNATION FACE AUX BOUTONS ET IMPERFECTIONS.

Advertisements