Tags

, , , , , , , ,

Mes plaies (oui, plaies, parce qu’à ce stade là, c’est plus de simples boutons triturés laissant une petite croûte..) sont asséchées et commencent à cicatriser. J’ai hâte de plus voir ces petites horreurs sur mon visage…
image

image
un mot : ma-gni-fique –‘

Le bouton étrange ( très dur et gonflé pourtant vide et plat hey tema la description de ouf) que j’avais sur la pommette a dégonflé ! J’étais à deux doigts hier de repercer et essayer d’enlever ce qu’il y avait dans la grosseur (alors qu’il n’y avait rien), j’aurai trituré et abîmé la peau encore plus pour que dalle, retardant la cicatrisation !

Hier, j’ai fais un test idiot pour voir réellement comment va réagir ma peau et comment ce que je m’apprête à faire va évoluer, afin de me convaincre de l’inutilité et la stupidité de mes actes de perçage (comme si j’en étais pas encore assez convaincu… mais bon, tous les moyens sont bons). J’ai donc essayer de faire sortir 3 micros points noirs qu’on ne voit pas sur le milieu du front, sans forcer.

–> Résultats : certes, les points noirs sont partis, mais la peau a cédé et s’est mise à saigner (alors que ma peau à cet endroit n’est pas fragilisée, elle est saine et je précise que je n’ai à peine forcer) . J’ai donc une marque ensanglantée qui va se transformer en croûte. SAUF QUE, alors que j’ai désinfecté et nettoyé ma peau à cet endroit (j’ai mis Cicalfate aussi), la marque le lendemain s’est infectée de petits points blancs tout autour GREAT. Exemple parfait d’un bouton d’acné excorié.

–> Constat : je crois que 3 boutons sur les 10 000 que j’ai percé ne se sont pas infectés.10 boutons sur les 10 000 n’ont pas rougis et grossis en les perçant. 2 boutons d’acné excorié sur 10 000 ont fini par partir d’eux même car je n’y avais pas retouché pour une fois. 9 998 imperfections à peine visibles et facilement camouflages sur 10 000 se sont transformées en marques ensanglantées, puis surinfectées puis en croûtes moches disgracieuses laissant une peau et des pores déformés et fragilisés en dessous. 9 990 boutons sur 10 000 sont partis 3 à 5 fois plus lentement à cause de mon comportement.

–> Conclusions : Aucune imperfection ne doit et n’a besoin d’être touchée ou enlevée. Ne plus toucher à sa peau en ayant des pensées raisonnées avec les (non)gestes qui les accompagnent est la seule manière de stopper le cercle vicieux de la dermatillomanie, en parallèle d’un travail psychologique pour gérer le stress, les émotions négatives, les fausses pensées, les ruminations malsaines et identifier les sources de cette stratégie d’évitement (qu’est-ce qui vous angoisse, vous fait peur ? que fuyez vous en vous défigurant, créant des plaies, un mal être et une inactivité sociale, un manque de confiance en vous, une barrière sociale, une oisiveté, des périodes casanières dans lesquelles vous vous cachez et vous ne vivez plus ? ), ainsi que les causes réelles et peut être inconscientes de cette auto dévalorisation permanente et cet acte auto punitif.

–> Objectif : je ne vais, pour une fois, pas toucher ni triturer ce bouton d’acné excorié et le laisser évoluer de lui même, en l’aidant avec mes crèmes localisées anti-spot. Ne pas craquer sur un bouton que j’ai moi même “créer“, c’est une chose que je n’ai que rarement réussi à faire, c’est donc une petite épreuve mais je le vis bien et je suis déterminée. Je me rappelle qu’une fois j’avais touché à un micro kyste qui avait donc forcément grossi et qui s’était infecté, alors que j’étais dans mon mois de no skin picking ou j’étais lassée du toc et j’avais oublié ma peau (l’oubli, dans nos cas particuliers, c’est le contraire de l’obsession), j’en avais plus envie ni besoin, c’était le bonheur. Ma manie était revenue sur ce bouton, mais je n’ai pas agravé les choses, je l’ai laissé là, à évoluer comme il voulait et il est parti plus vite que ce que j’aurais pensé, alors qu’il était infecté.

Le Maître mot est : BON SENS ET RATIONALISATION !

Advertisements