J’ai beaucoup réfléchi ces derniers temps à la cause de mon acné, et j’en ai parlé aussi avec MissBulle : outre un dérèglement hormonal (léger, de base) aggravé par la prise d’une pilule dangereuse, outre le stress (qui libère une hormone qui fait grimper le taux de glycémie dans le sang, qui peut dérégler le système hormonal, et enfin qui excite les follicules pileux et accroit la production de sébum), est-ce que mon alimentation pourrait réduire mon acné ? voir, à long terme, soigner mon acné ?!

J’ai toujours eu une peau légèrement acnéique, depuis mes 13 ans. C’est dans mes gênes, et on le sait, l’acné peut aussi être héréditaire (si un de vos parents a eu de l’acné, il y a d’énormes malchances pour que vous en ayez à votre tour). Mon père a eu de l’acné sévère APRES l’adolescence, passé la vingtaine (tient, tout comme moi!). Hop, un traitement de Roaccutane, et plus un seul bouton n’a pointé le bout de son nez de sa vie (tient, pas comme moi..). Les gens qui auraient une peau sensible/trop réceptive à leur alimentation seraient en très grande majorité des gens qui ont naturellement une peau un peu acnéique. Voilà peut être une réponse à la question que je me pose quand je vois des copines manger n’importe quoi sans se poser de questions, et qui arborent malgré tout une peau de bébé avec un teint de pêche. Elles n’ont clairement pas une peau de nature acnéique (suffit de regarder…pas un bouton à l’horizon, et ce sans fond de teint).

Qui plus est, il a été prouvé que l’alimentation peut favoriser des maladies cardio vasculaires, des cancers, un vieillissement cutané, un vieillissement prématuré des organes internes, une mauvaise circulation sanguine. En partant de ces faits scientifiques, on peut tout à fait imaginer que l’alimentation peut aussi jouer un rôle dans l’acné. L’aggraver ou la diminuer. Beaucoup de personnes ayant des problèmes de peau (rougeurs, boutons, eczéma etc..) semblent réfuter fermement cette hypothèse là (de manière parfois carrément agressive de ce que j’ai pu lire sur d’autres blogs/forums..), car elle n’a jamais été prouvée officiellement et scientifiquement (mais a-t’on vraiment besoin de prouver une chose qui semble aller de soi ?!). J’ai toujours su que l’alimentation pouvait rendre la peau, les cheveux jolis, ou moins jolis (en moins bonne santé visuellement donc). D’ailleurs, je me souviens d’un article que j’avais lu il y a longtemps qui mettait en lumière l’impact de l’alimentation sur l’acné, par un sondage simple : grâce à un panel de personnes issus de milieux dits “non favorisés”, avec les habitudes de vie et l’alimentation qui va avec, et un panel de personnes “plutôt favorisés”, culturellement, et financièrement, et ils ont observés leurs peaux. Résultat : la proportion de personnes adultes/adolescentes avec de l’acné issus de familles de niveau culturel et financière “défavorisé” était beaucoup plus grande que la proportion de personnes avec acné issus de familles dites favorisées. Manque de budget, moins d’interêt pour les questions de santé de manière générale, mauvaise alimentation dû aux faibles revenus, habitudes alimentaires qui se transmettent de générations en générations, apparition d’acné héréditaire au fil du temps etc etc…

Je pense évidement, que les facteurs favorisants l’acné sont nombreux. Je ne crois pas que l’alimentation soit la cause principale de l’acné non plus comme j’ai pu le lire (notamment chez les adolescents, au passage de la puberté), mais c’est un facteur qui doit être pris au sérieux au même titre que le dérèglement hormonal, ou le niveau d’anxiété/de stress d’une personne, ou encore de mauvais soins appliqués sur la peau.

Après tant de galères de peau envahie de boursouflures de boutons particulièrement disgracieuses, je ne peux pas croire que l’acné soit incurable. Je ne peux pas imaginer être condamnée à vie à avoir de l’acné, d’autant plus que c’est mon plus gros complexe !! J’ai donc fait tout un tas de recherches concernant le lien entre l’alimentation et la peau, car, même si une meilleure gestion du stress, de meilleurs soins et le choix d’un système hormonal qui fonctionne naturellement ont diminué mon acné sévère, il y a encore du boulot à faire, j’ai encore et toujours des gros boutons, des points noirs, des microkystes et parfois même des kystes sur le menton (de grosses bosses rouges sans pu apparent, trèèèès douloureuses, qui me déforment le menton à la bogdanof, mais qui heureusement, s’en vont toutes seules en une semaine). De visu, j’ai dû perdre 30% de mes très gros boutons inflammatoires (sans compter tout le reste, ça ça n’a pas changé..:/) en mettant de bonnes crèmes, en arrêtant d’y toucher, et certainement aussi grâce à mes hormones qui commencent à se calmer, 1 an et demi après l’arrêt de la pilule Androcur.

En toute honnêteté, j’en ai appris des choses ! je ne pensais pas que l’alimentation pouvait influencer le corps, son fonctionnement, ses organes vitaux et donc l’aspect du corps à ce point. D’article en article, j’ai vraiment pris conscience de l’impact que l’alimentation peut avoir, et que certains aliments peuvent agir de manière très ciblé, comme le ferait un médicament chimique. D’ailleurs, en Asie, l’alimentation est perçue comme le premier des médicaments. Mais, bien sûr, il ne m’a pas fallu juste lire que l’eau citronnée illuminait le teint et asséchait les boutons, ou que l’artichaut nettoyait le foie, ou que le soja pouvait réguler les hormones, ou encore que le lait de chèvre était meilleur que le lait de vache, pour y croire. J’ai voulu savoir la raison du pourquoi, comment ça fonctionnait réellement à “l’intérieur”. Alors je suis tombée sur des articles carrément scientifiques, très détaillés, avec du vocabulaire bien complexe comme il faut, qui établissent concrètement et démontrent le lien qui s’opère entre les différents nutriments, ou au contraire, les différents produits chimiques apportés par certains aliments, et les organes, ainsi que la circulation sanguine (et finalement, c’est assez compréhensible). Comment le système digestif “répond” à tel ou tel aliment. Quel réponse envoie tel organe à tel organe au contact de tel ingrédient/produits chimiques/nutriment. Pourquoi quand c’est rempli de mauvaise graisse ou de mauvais sucre, ça marche pas comme ça devrait. Pourquoi les hormones sont sensibles à l’alimentation, et comment l’organisme gère tout ça, et questce qu’il fait quand il ne gère plus à cause d’une mauvaise alimentation, ou quand il est trop sensible à certains ingrédients. Bref, tout un tas de choses HYPER intéressantes, je me suis régalée.

J’ai toujours eu une alimentation correcte, depuis toute petite (transmise par ma mère). Les fruits et les légumes, j’adore ça, et je ne déteste réellement aucun aliment. Mais je me soucis peu de savoir si un plat est trop riche ou sucré ou pas, parce que je compense en mangeant des choses plus légères et saines au repas suivant. Puis, je me foutais pas mal de l’aspect calorique, sucré ou gras de tel ou tel aliment parce que je ne prends pas de poids. Je n’arrive pas à en prendre ! Comme ma mère. Je suis de nature plutôt filiforme, avec une ossature “marquée”, “carrée” (que j’ai parfois du mal à accepter d’ailleurs). Mais c’est vrai que je ne me suis jamais dit “peut être que je devrais éviter de prendre ce burger bien gras ou ce gâteau bien sucré pour préserver ma peau”… En fait, j’ai toujours eu des habitudes alimentaires plutôt saines, par soucis de santé de manière générale, pour être en forme, éviter de tomber malade, par “prévention”, histoire de pas développer une cochonnerie plus tard en étant plus âgée, puis aussi tout simplement par gourmandise, parce que j’aime ça au goût. Mais je n’ai jamais eu de restrictions alimentaires, jamais je n’ai fais de régime, ni bani un aliment ou un plat quel qu’il soit. Je pensais vraiment, qu’effectivement, l’alimentation peut provoquer/aggraver l’acné, mais uniquement si on mange vraiment vraiment mal…

Alors peut être que l’alimentation pourrait guérir mon acné, ou du moins la diminuer, si je décide de faire réellement attention à ce que je mange, si je limite au maximum le mauvais gras et le mauvais sucre, la viande rouge et les produits laitiers au lait de vache, et si je privilégie les produits biologiques, les fruits, les légumes, les aliments complets et les tisanes, et ce à chaque repas. Consommer le plus souvent possible d’aliments “belle peau”. Beaucoup de filles sur internet parlent de leur nouvelle alimentation pour guérir leur acné, et du résultat que ça a donné sur leur peau sur le court et long terme. Et ça m’a plutôt convaincu. En fait, ce n’est pas non plus des changements énooormes, à moins de partir de loin (ça peut être difficile au début si on est pas habitué à manger des légumes, si on mange des gâteaux tous les jours, ou si on mets des sauces ou du beurre à quasiment chaque repas). De ce que j’ai pu voir, en fait, l’alimentation “anti-acné” se rapproche pas mal de l’alimentation végétarienne, voir végétalienne, et des régimes pour perdre du poids…

Je vais donc essayer de regarder de plus près mon alimentation, et de m’y mettre sérieusement, tout en me faisant plaisir de temps en temps biensûr. L’été arrivant, ça va être plus facile de me faire des plats légers et de manger des choses fraiches et vitaminés, autant chez moi qu’à l’extérieur (quoi que je crains les soirées barbecue qui commencent déjà..). J’ai débuté mon changement alimentaire depuis près de 3 semaines maintenant, j’y vais progressivement, car je me documente encore sur l’alimentation “idéale” pour la santé de la peau, et je n’ai pas encore tout ce dont j’ai besoin dans le frigo et les placards ! Déjà, me passer de viandes est étonnement facile, sur 3 semaines, j’ai mangé 3 repas avec viande (dont deux avec du poulet)..Et je n’ai pas bu de lait depuis 3 semaines. Je ne ressens pas de manque de lait pour l’instant, mais je sens qu’avec la chaleur de l’été, ça va me manquer ! (oui, quand j’ai très chaud et très soif, je préfère prendre un grand verre de lait frais qu’un verre de coca cola..). Mais bon, un verre de lait de temps en temps ne va pas me tuer ! (D’ailleurs je n’en prends quasiment plus depuis 2 ans déjà, le fromage non plus, et aucun effet positif sur ma peau pour le moment..*désespoir*). Puis il reste toujours le lait de brebis, mais avec modération là aussi.. Je n’en ai pas encore gouté, mais j’ai gouté par contre les yaourts bio au lait de chèvre, et c’est hyper bon (ça a, sans surprise, un goût subtil de fromage de chèvre).

Après 3 semaines d’alimentation anti-acné, même si j’ai encore des habitudes à prendre et d’autres aliments à intégrer dans mon quotidien, je dois avouer que mes boutons sèchent plus vite, quand j’ai des plaies elles cicatrisent plus vite aussi, et mon teint est plus lumineux. Je ne peux pas dire si j’ai moins de boutons pour autant en comparant les venus de mes boutons par rapport à avant, car je n’ai jamais vraiment estimer le nombre de boutons qui poussaient sur mes joues ou mon menton, y’en avait (et y’en a) tellement que je compte plus… Mais c’est vrai que je m’entends moins me plaindre (dans ma tête..) de tel ou tel bouton qui pousse… Peut être est ce parce que j’en ai moins qui pousse, je ne sais pas ! À voir d’ici 2 mois, je me rendrai mieux compte, d’ici là je pense voir quelques résultats déjà, si résultats il y a (espérons !!).

Un petit recap’ de mes recherches sur l’alimentation “anti-acné” dans un prochain post (qui arrive bientôt !)

Advertisements