LES 10 COMMANDEMENTS DU NO SKIN-PICKING

Pour celles et ceux qui suivent mon blog, je crois que vous savez que j’ai testé une multitudes d’astuces, de techniques anti-grattage en tout genre, et avec l’expérience et le recul, j’ai pu vraiment identifier ce qui marche vraiment bien, rapidement et sur le long terme. Ces règles marchent pour moi, mais il se peut que ça ne soit pas le cas pour tout le monde, et que d’autres techniques seront plus efficaces pour vous. Ce qu’il faut surtout, c’est de tester, d’essayer, sur le long terme, de s’y tenir tous les jours, pour pouvoir vraiment se rendre compte si ça fait une différence sur l’intensité et la fréquence de vos triturages ou pas.

Allez, on va se la jouer à la Star Wars… c’est pas moi qui l’dit, c’est maître Yoda… 😉

may-the-fourth-yoda

COMMANDEMENT I . DANS LE MIROIR TU NE TE REGARDERAS PAS
Le problème, quand on souffre de dermatillomanie, c’est qu’on ne se regarde plus dans le miroir. On se scrute. On se “vérifie” la peau en permanence. On ne se regarde plus comme avant : avant, on jetait un coup d’oeil à l’ensemble de notre visage, puis on filait. Nous, tocquées de la peau, on se cale devant le miroir, généralement très (trop) proche, et on se scrute longuement chaque centimètre carré de peau, pour se rassurer, ou pour partir à la “recherche”. Et c’est à ce moment là que tout peut bêtement déraper. L’idée, c’est de re-avoir un comportement “normal” et “sain” avec le miroir. C’est la relation qu’on a avec le miroir qu’il faut changer. Au début, soyons honnête, même si on sait qu’on ne doit plus se regarder de trop près dans le miroir, on a beau essayer de s’écarter le plus possible du miroir, on y retourne TOUJOURS à un moment ou à un autre dans la journée. C’est plus fort que nous, et parfois, c’est carrément machinal, automatique. Le nombre de fois ou je me suis dis “zuuuut, te regarde pas bordeeel”. Alors, il faut employer la manière forte : on se fait violence. On se force à ne plus se regarder par un moyen radical….en enlevant les miroirs de la maison, ou au moins de la salle de bain, tout simplement !! Plus de reflet = plus de “srcutage” = plus de vision de nos imperfections = plus d’envies de “faire sortir”. Sinon, scotchez du papiers journaux, ou recouvrez les miroirs de foulards (bien calés hein, l’idée c’est pas de pouvoir les enlever en soufflant dessus à la moindre tentation…). Ne vous regardez que si c’est pour faire une “bonne chose”, pour chouchoutez votre peau (vous mettre en valeur grâce au maquillage, vous faire une coiffure, ou mettre un masque-visage..), et ne vous regardez qu’avec un minuteur en main (montre, sablier..). Une fois le temps écoulé, fuyez !!! Une autre astuce, si vraiment le passage au “no-miroir” vous angoisse encore, vous pouvez tester le skotch que vous placez par terre, à une distance RAISONNABLE du miroir, à 1 mètre. L’idée est de rester derrière ce repère lorsque vous êtes face au miroir, de ne pas allez au-delà, et d’y rester des pieds à la tête (ne penchez pas votre tête pour essayer de voir de plus près hein…j’vous vois v’nir 😉 ). Si ça marche, tant mieux, si ça ne marche pas dans la durée, il va falloir vous y résoudre et cacher les miroirs…plus le choix ! Une vie sans miroir à porté de vue, à chaque mètre parcouru, quoi qu’on fasse, ou qu’on aille, ce n’est pas dramatique, bien au contraire, ça soulage, ça enlève un poids sur les épaules ! Je me sens beaucoup plus libérée depuis que je n’ai plus de miroir (excepté un grand dans le salon, qui me sert à me maquiller seulement. Le fait qu’il soit dans une pièce “de vie”, de passage, m’empêche tout simplement de triturer. Et oui, je ne triture jamais si je risque d’être “surprise” par quelqu’un.). Je dois dire que cette décision me sauve chaque jour un peu plus. Et ne vous inquiétez pas, on s’y habitue très bien. Une fois vraiment guérie, après de longs mois voir plusieurs années, je pense que les miroirs peuvent reprendre leur place chez vous, mais restez à jamais vigilante quant à l’attitude que vous avez quand vous êtes face à un miroir.

COMMANDEMENT II. TON VISAGE TU METTRAS EN VALEUR
Un visage joli, mis en valeur, maquillé, avec les imperfections floutées par un correcteur ou un fond de teint, est un visage que l’on a moins envie de “ruiner”. Pour ma part, si j’ai le malheur de croiser un miroir, le fait de voir ma peau potable et présentable grâce au maquillage me retient du triturage. J’ai beaucoup moins envie de percer, gratter, que si ma peau est nue, avec toutes ces imperfections visibles à longueur de journée. Je me sens plus “sérieuse”, rigoureuse quand je suis maquillée, mise en valeur. Je n’ai pas envie de percer sur une peau maquillée par du correcteur ou du fond de teint (faut dire que pour l’avoir déjà fait, c’est pas agréable du tout comme “sensation”, c’est carrément frustrant et…dégoutant). Je vous conseille donc de vous maquiller, de faire le minimum chaque matin même si vous n’en avez pas envie, pas le temps, pas le coeur, le moral, la flemme ou que vous vous sentez mal dans votre peau, pas jolie… un visage un peu mis en valeur, du mascara, des boucles d’oreilles, ça booste !

COMMANDEMENT III. DU SPORT TU FERAS

Voilà. Le sport ! qui l’eut cru ? Moi ? faire du sport ? HAHAHAHA vous aurais-je dis il y a 3 ans… Mais quelle autre meilleure façon de se “défouler” ? de tout donner, autrement ? de se vider de son énergie, son stress, ses tensions, de manière positive ? à mes yeux, une des meilleures façon d’exulter, de dépenser son énergie en se vidant la tête, de manière saine et constructive, c’est en faisant de l’exercice physique (sport de groupe, tennis, fitness, danse, musculation, natation etc..). Remplacez le temps et l’énergie que vous consacrez à vous faire mal à la peau, par une activité utile, efficace, d’encore plus libérateur. En faisant du sport qui vous fait transpirez, qui vous pousse dans vos retranchements, qui demande du lâcher prise mais en même une rigueur, un contrôle de vous même, vous tenez une clé de votre guérison. Personnellement, je n’ai JAMAIS triturer ma peau après une séance de sport et pendant les heures qui ont suivis…JAMAIS. ça ne m’est même pas venu à l’esprit. La sensation de “vide” que l’on ressent en nous et à la fois de plénitude après avoir fait une séance de sport intensive, est une sensation que vos triturages ne vous donneront jamais : non seulement vous vous sentez vide après une “séance” de triturage (du très mauvais “vide”) mais en plus vous vous sentez plein(e)s de sentiments et d’émotions négatifs : stress, frustration, colère, tristesse et j’en passe ! De plus, faire un sport qui demande un réel investissement physique (efforts) et moral (motivation) vous permet de reprendre réellement le contrôle de votre corps, de vous même, alors que le triturage d’imperfections vous donne seulement L’IMPRESSION d’avoir le contrôle de votre corps, de votre visage, alors qu’en réalité, c’est tout le contraire ! Je trouve que c’est une excellente manière de prendre soin de soi, et de se dépenser autrement que par des moyens malsains, violents et au final, complètement inefficaces même si sur le moment ou on le fait, on en tire un certain plaisir et apaisement, très éphémères.

COMMANDEMENT IV. DES SOINS SIMPLES TU APPLIQUERAS

J’ai testé bon nombre de crèmes, lotions, masques en tout genre pendant des années dans mon combat pour une belle peau. Le problème, c’est que la seule chose qui pouvait vraiment sauver ma peau et améliorer significativement son état, c’était mes propres gestes. Pas les crèmes ! Une fois qu’on parvient à refréner ses perçages, grattages et autres manies destructrices sur la durée, c’est déjà énorme pour votre peau, qui assez rapidement vous remerciera. Cependant, lorsque l’on est en plein dans la dermatillomanie ou que l’on tente de guérir, adopter de nouvelles habitudes soin/beauté est très important. Rien ne sert de mettre 13 802 produits en tout genre, en les accumulant, les superposant. Restez sur 3/4 produits chouchous, simples, si préférence le plus naturel et bio possible (par ex: 1 crème de jour légère, 1 crème de nuit plus nourrissante, 1 masque purifiant MAIS doux ou hydratant, 1 crème anti-acné ou anti-cicatrices). Mettez les tous les jours, sur le très très long terme, sans les changer, même si je peux comprendre que ce soit tentant d’aller tester une dernière nouveauté crémale, en espérant que ce soit plus “efficace”, mais le plus important dans cette phase là de guérison, c’est de se guérir de ses gestes destructeurs, de s’en débarrasser. De plus, c’est vraiment sur le long terme que l’on peut juger de l’efficacité d’une crème ou d’une routine soin (sauf évidement si la peau ne supporte pas une crème, et que dès les premières applications ça pique, ça démange, ça échauffe les joues, ça fait pousser des boutons : ARRETEZ-LA TOUT DE SUITE, votre peau peut faire une allergie, ou être trop fragile, ou la crème ou le masque est trop “chimique” ou contient un composant allergène pour vous. Changez de crème). Depuis que j’applique les mêmes soins, matin et soir, presque tous les jours (sauf les jours de “pause”, ou je ne mets aucunes crèmes, rien du tout), ma peau va mieux. Elle est plus apaisée. Je l’aide en douceur à se réparer. Je ne la perturbe pas en changeant de crèmes ou de masque tous les 10 jours. J’ai une routine simple, et plutôt naturelle (que vous pouvez retrouver ici).

COMMANDEMENT V. DE TA VUE TES BOUTONS TU CACHERAS
Quand je ne me maquille pas, je cache quand même mes boutons d’une autre façon !! Je mets un masque opaque histoire de moins voir mes boutons ou cicatrices. Ou alors, je mets uniquement sur mes boutons la Pâte Payot, très opaque. Non seulement, je vois plus mes boutons mais en plus, je sais que le masque ou la pâte traitent un peu mes imperfections ! Cette technique, c’est plutôt quand on a encore un accès à volonté aux miroirs, quand ils sont toujours accrochés au mur et qu’on risque de passer devant pour “checker” sa peau. Cela dit, même si vous n’avez plus de miroirs, c’est une bonne façon de prendre soin de sa peau lorsque l’on est tranquille à la maison. Sinon, pour ne plus voir ses boutons, se referez au commandement 1 ! 😉 mais si vous possédez toujours des miroirs chez vous, surtout dans la salle de bain, nettoyez vous le visage, les dents, mettez vos crèmes ou prenez votre douche DANS LE NOIR (pendant la douche carrément, ou à la sortie de la douche), ou au moins dans la pénombre, en allumant la lumière de la pièce d’à côté, en gardant la porte ouverte. De cette manière, vous vous voyez dans le miroir un minimum, mes vos boutons et imperfections ne sont pas visibles. Une autre astuce, autre que l’absence de lumière, est de remplacer la lumière de la salle de bain par une ampoule rouge. ça émet une luminosité à dominante rouge, le rouge neutralisant les reliefs de la peau, les contrastes, les dépigmentations, les rougeurs etc. Votre visage vous paraitra plus net, plus lisse, et les boutons et cicatrices seront énormément floutés et atténués.

COMMANDEMENT VI. TES OBJECTIFS JAMAIS TU N’OUBLIERAS

Et oui ! En pleine guérison, et même une fois guérie, il peut se passer un truc bizarre dans le cerveau, que j’ai vécu pas mal de fois (surtout quand ma peau allait plutôt bien). On oublie. Oui, c’est bizarre, mais c’est comme si parfois on “zappait” nos objectifs, nos envies, nos règles. Par lassitude peut-être, par retour du trouble certainement. C’est comme si le cerveau vient “dédramatiser” ce qu’on s’apprête à faire (scruter – gratter) tant il a BESOIN qu’on le fasse (le triturage est une forme d’addiction). Alors, surtout, avant chaque make-up, passage devant le miroir, sortie de douche : pensez, réfléchissez, rationalisez. Re-mémorez vous pourquoi, quand, comment. Listez dans votre tête les DO et DON’T, penser à votre objectif, comment l’atteindre, re-actualiser tous les jours, chaque matin, votre combat. On a tendance à vite se croire “guérie”, à vite se reposer sur ses lauriers, alors que le combat pour guérir durablement est quotidien, et ce pendant très longtemps. Même si notre trouble disparait de notre vie pendant des années, il peut toujours resurgir, sans qu’on s’y attende, à un moment ou à un autre. Alors, n’oubliez jamais comment c’était hier….Gardez toujours sous le coude des photos de votre peau pleines de croûtes, histoire de vous “dégoutez” un peu, ou de la peau d’une soeur ou d’un frère de peau, écrivez vos objectifs sur un papier à lire tous les matins, coller des post-it sur votre miroir ou écrivez dessus au rouge à lèvres des phrases d’encouragements, de motivation, des pensées positives etc… Pour toujours se rappeler !

COMMANDEMANT VII. DU BIEN TU TE FERAS

Pour s’en sortir, il faut changer beaucoup de choses dans son quotidien, et pas uniquement dans ses habitudes envers sa peau (crèmes, gestes..). C’est tout un ensemble. Le problème principale quand on souffre de dermatillomanie, chez beaucoup de “tocquées de la peau”, c’est notre rapport à nous-même, notre vision de nous-même, notre self-esteem, comment on se voit, comment on se considère. Très généralement, dermatillomanie rime avec mal-être : le mal-être que génère la dermatillomanie, mais aussi le mal-être QUI génère la dermatillomanie. Croyez vous que quelqu’un de bien dans sa peau, dans sa tête, qui a confiance en elle, qui est en paix, avec elle-même, avec son passé, se torturerait la peau du visage (ou du corps) de la sorte ? de manière excessive et obsessionnelle ? Je pense qu’en parallèle d’un travail psychologique d’introspection (se référer au Commandement IX), de verbalisation, pour mieux se connaître et déterminer le Pourquoi du Comment, il est essentiel de changer son comportement vis à vis de soi-même, autant dans ses pensées, ses opinions sur soi-même, que dans le contrôle de ses émotions, et de ses actes envers son corps. Soyez l’artisan de votre bien-être et plus largement, de votre bonheur. Mais pour en être l’artisan, encore faut-il penser le “mériter”, en quelque sorte. Quand on est convaincu qu’on est digne d’être aimée, que l’on mérite d’être heureuse, finalement, le triturage et tout le mal-être que l’on se fait, perd vite de son sens et de son intérêt. On se rend compte que, tout simplement, on ne mérite pas ça. Et on mérite encore moins de SE faire soi-même tout ce mal. En parallèle d’un changement d’état d’esprit, il FAUT s’accorder des moments rien qu’à soi, à se détendre, à se faire plaisir. Je pense que c’est essentiel d’apprendre à s’aimer et de se le montrer. Prendre un thé devant une série télé, rester chez soi tranquille à lire un bouquin, prendre un bon bain chaud en écoutant de la musique, aller se balader, faire du shopping, s’offrir quelque chose qui nous fait plaisir, une nouvelle paire de chaussures, un massage. Toutes ces petites choses qui sont tout sauf des détails. Toutes ces choses qui peuvent paraître de prime abord “futiles”, “légères”, mais qui, j’en suis convaincu, sont beaucoup plus importantes et profondes que ce qu’on a tendance à croire. C’est une manière comme une autre de s’accorder à soi même aussi de l’importance, de l’attention, de s’estimer et de reprendre confiance en soi. Il faut dire qu’à force, la dermatillomanie détruit progressivement la confiance en soi. Ca peut nous faire perdre toute assurance, tout bien-être. Réconciliez-vous avec vous même par des activités et des passe-temps agréables, apaisant, dès que vous en avez l’occasion.

COMMANDEMENT VIII. DE TOLERANCE 0 TU FERAS PREUVE

Honnêtement, m’autoriser à toucher à quelques boutons de temps en temps, ou établir un “quota” de boutons que je peux toucher par semaine, est été une solution sur le court terme. C’est extrêmement risquer de “jouer avec le feu” de cette façon…Pour ma part, ça a marché un temps, on croit gérer, mais il suffit qu’on soit un peu fatiguée, stressée, ou contrariée un jour pour qu’on “dérape”, qu’on appuie trop fort, ou qu’on rajoute 3 ou 4 boutons dans le package, et là c’est foutu, on “replonge”. Le triturage impulsif est un trouble du comportement. C’est comme une sorte d’addiction. Admettons que nous sommes des “dépendants”, des “accros”, des “addicts”, comme le serait une personne alcoolique par exemple : un alcoolique va guérir et se libéré de son addiction en cessant de boire COMPLETEMENT. Il parvient à rester guéri dans le temps en arrêtant de consommer, et ce totalement, pas un seul verre, pas même une goutte, même des années après. C’est de cette façon que les personnes alcooliques ou addicts aux drogues s’en sortent, dans la très grande majorité des cas. C’est en arrêtant de consommer. à vie. point. Ils sont trop vulnérables face à l’alcool ou aux drogues pour se permettre d’en consommer à nouveau de manière “normale et modérée”. Leur cerveau restera vulnérable face à de l’alcool ou un rail de coke même s’ils sont guéris depuis 15 ans. Et c’est la cas pour beaucoup d’anciens alcooliques ou addicts. (sans avoir fait bac +8 en psychologie, je crois que ce sont des connaissances de base que nous avons tous déjà entendu de la bouche de professionnels de la santé, ou dans des campagnes de sensibilisation.). Moi, j’essaie de partir de ce même principe pour la dermatillomanie. Evidement que chaque addiction est différente, unique, mais après l’avoir vécu plusieurs fois, jamais toucher de temps en temps à mes boutons, en essayant de le faire de manière “normale”, “raisonné” ne m’a aidé. à chaque fois j’ai fini par tomber dans le piège. Alors, je ne touche plus aucun de mes boutons, points noirs ou autre. Même ceux qui sont extrêmement blancs, gonflés et douloureux. J’attends le plus longtemps possible avant de faire un gommage au sucre, et hop ils s’écoulent. Ou alors, j’appuie sur la peau qui est juste à côté du bouton, à gauche ou à droite, avec un seul doigt, et le bouton s’écoule tout seul (et pour qu’un bouton s’écoule de lui même, c’est que c’est vraiment un très gros bouton…). C’est la seule chose que je m’autorise à faire si j’ai vraiment un bouton-mutant comme je les appelle… Et puis, ce n’est pas en continuant à avoir un geste à tendance destructrice qu’on s’en libère ! Il faut se détacher par tous les moyens de ce fameux geste de “percer”, de “gratter”, il faut tout faire pour le sortir de notre quotidien, de nos habitudes, de notre gestuel. NO HANDS ON THE FACE !!!! ça fait tellement bizarre au début de ne plus le faire, tellement on avait l’habitude de le faire comme quelque de chose de banal, d’instinctif, et puis on fini par progressivement “oublier” qu’on ne fait plus le geste que l’on a pourtant répéter maintes et maintes fois pendant des années. Et ce moment ou on se dit “en fait, je peux carrément vivre sans faire ça, et sans en ressentir le moindre manque” est MAGIQUE !! Un jour ou l’autre, à force de ne plus percer, on a la hantise absolu d’avoir à nouveau une croûte sur le visage (parce que à un moment, on ne peut juste PLUS DU TOUT supporter quoi que ce soit de crouteux, sec ou blessé sur notre peau, par notre seule faute), et le fait même d’imaginer “percer”, “triturer” quoi que ce soit nous dégoûte. ça me répugnait. Pas tant visuellement, mais surtout symboliquement, psychologiquement. Le caractère maladif, malsain du geste a fini par m’écoeurer vraiment vraiment. Alors, plus aucune envies malgré qu’il y ai matière à tentations….mais, même pas tentée…(comme avec la clope en fait, après des mois d’abstinence, j’ai refumé une clope, le goût m’a dégouté comme jamais, j’ai même pas pu la finir…quand on fume, on se rend pas compte en fait que ça a un sale goût !)

COMMANDEMENT IX. SUR TOI UN TRAVAIL PSYCHOLOGIQUE TU FERAS

L’aspect psychologique de la dermatillomanie est essentiel à identifier, pour comprendre ce trouble, pour SE comprendre. Pour ma part, ce trouble a été comme un appel au secours que mon esprit m’envoyait, pour qu’enfin je prenne mon mal-être en considération et que je le règle surtout. ça s’est imposé à moi. Evidemment, avant que je souffre de vraie dermatillomanie avec tout ce que cela comporte, j’ai toujours plus ou moins “tripoté” mes imperfections depuis l’adolescence. assez régulièrement, de façon “raisonnable”. Je ne me suis jamais blessé la peau jusqu’au jour ou ça a été le cas. Ce jour, j’étais anxieuse, stressée, en colère depuis déjà des mois. Conflits avec mon entourage, isolement recherché, ruminations, manques etc… ça a pas loupé !! à chacun son histoire, à chacun ses “déclencheurs”, mais il y a pour tous les dermatillomanes, quelque chose en nous, qui ne “va pas”. ça peut aller d’un simple stress que l’on a du mal à gérer, à un perfectionnisme extrême, en passant par un manque de confiance en soi, à une situation dans votre vie qui ne vous convient plus, ou carrément un mal aise lié à des émotions négatives intenses liées à des événements traumatisants. Parler de soi, verbaliser nos doutes, nos colères, nos frustrations, se regarder en face, accepter qu’on a une part de souffrance en nous est, je pense, une des clés de la guérison. Nos gestes seront “pacifiques”, notre peau sera apaisée, que lorsque dans notre tête, on se sentira apaisé. Aller voir un psychologue est un premier pas vers la guérison. Mais, le plus gros travail sur vous-même, c’est vous qui le ferez, le psychologue n’étant là “que” pour mettre en lumière ce que vous ne voyez pas/ne voulez pas voir, en vous amenant à réfléchir sur vous-même au travers de questions. Encore faut-il trouver le bon ! Tous les psychologiques/psychiatres n’ont pas une super connaissance de ce trouble qu’est la dermatillomanie…mais heureusement, nous, dermatillomanes, ont commence à se faire entendre ! Pour ma part, je suis allée voir un psychologue 4 fois. ça peut semblé très peu, mais ça m’a aidé à avoir un déclic. Très peu de temps après ma 3ème séance, j’ai vécu quelque chose d’assez grave, et paradoxalement, cette événement m’a sauvé. littéralement. Toutes les pendules dans ma tête se sont remises à l’heure. Je n’ai jamais autant savouré les plaisirs de la vie et été fière de ce que je suis que depuis cet événement. N’hésitez surtout pas à aller consulter un professionnel. Parler à une personne extérieure que vous ne connaissez pas du tout peut vraiment vous aider dans votre démarche de guérison.

COMMANDEMENT X. CES COMMANDEMENTS TOUS LES JOURS TU RÉPÈTERAS

Guérir, c’est un combat de tous les jours, pour n’importe quelle maladie, particulièrement pour la dermatillomanie. ça demande de la rigueur, de la discipline, une répétition, tous les jours, sans relâche, quitte à se faire un peu violence, même si on en a marre, ou qu’on est fatigué. Ne lâchez pas, tenez bon ! Même si parfois j’ai le sentiment d’avoir enfin réussi, d’être guérie, je pars du principe que c’est faux ! Persévérer pendant des années, être prudente chaque semaine, et dans 3, 4, 5 ans, là je pourrais peut-être commencer à dire que je suis guérie. Mais que je dois toujours rester vigilante quoi qu’il en soit. Le trouble rôde toujours, d’une façon ou d’une autre, et attends patiemment de vous retrouver dans un moment de faiblesse.

MAY THE PEAUWER BE WITH YOU

Bienvenue sur Peauwer, le journal d’une Dermatillomaniac

Tags

, , , , , ,

Bonjour à tous ! Bienvenue sur mon tout premier blog, Peauwer (oui vous avez bien lu, Peauwer/Power…jeu de mot pourri )

J’ai 21 ans et je souffre d’une maladie appelée la dermatillomanie (skin-picking en anglais) encore assez méconnue, qui ne touche que mon visage (de temps à autre mes hanches, mais dans une très très moindre mesure). Cet forme de trouble obsessionnel compulsif (TOC) qui est en vérité un trouble du contrôle des impulsions (TCI), me colle à la peau (c’est l’cas d’le dire..) depuis bientôt 3 ans. Obsessions de la peau, grattages, perçages, éradication de l’imperfection, sang, croûtes, défiguration, camouflage, mal êtres.. et toutes ces jolies choses font parti de mon quotidien depuis ces dernières années.

THE geste que j'ai répété maintes et maintes pendant plusieurs années, sans répit, sans relâche, jour après jour..et que je répète encore..

THE geste que j’ai répété maintes et maintes fois pendant plusieurs années, sans répit, sans relâche, jour après jour..et que je répète encore..

J’aimerai au travers de ce blog, sous forme de mi-blog mi-journal mi-tableaudebord, partager avec vous mon combat pour guérir et me libérer définitivement de ce démon qui me gâche la vie et tous ses plaisirs. Je suis particulièrement déterminée à me sortir de ce cercle infernal une bonne fois pour toute, et prouver à ceux qui vivent la même souffrance que c’est possible ! Chacun de nous, nous pouvons le faire. Par de multiples moyens et au nom de tant de belles choses…

je trouve cette photographie touchante. Sans doute par toute la symbolique que j'y vois !..

je trouve cette photographie touchante. Sans doute par toute la symbolique que j’y vois !..

Je partagerai mon cheminement sur ce blog, post après post, au bout duquel, j’espère, se trouvera la guérison et donc la liberté… Astuces, conseils, démarches personnelles, j’essaierai au maximum d’aborder cette maladie complexe qu’est le grattage impulsif et d’apporter des solutions concrètes tant sur le plan dermatologique que psychologique, qui ont fonctionné pour moi (de mon point de vue, selon mon expérience, je ne détiens pas la solution miracle. Ce qui marche sur certains ne marche pas forcément sur d’autres). J’espère ainsi qu’au travers de mes articles et de mon expérience personnelle, je parviendrai d’une manière ou d’une autre à apporter ne serait-ce qu’un tout petit peu d’aide et de motivation aux personnes qui tomberont sur mon journal.

Verbaliser et m’exprimer sur un problème aussi intime et personnel, est pour moi une manière de reprendre le contrôle dessus de façon à m’en libérer, en parallèle de toutes les autres démarches entreprises. Bien que ce soit un sujet douloureux et gênant, je voudrais mettre toutes les chances de mon côté, en parlant librement et sans tabous, en espérant que la lecture de mon blog vous apportera la même motivation que moi j’ai à l’écrire. N’hésitez pas à laisser des commentaires ou à raconter votre propre expérience, ce sera un plaisir de vous lire et pourquoi pas d’y répondre.

Je tiens à préciser que j’estime être en voie de guérison (à savoir, je veux guérir et j’ai déjà entamé la démarche depuis quelques temps, avec des résultats positifs.) Le déclic a été très simple : GROS RAS L’BOL général, épuisement physique et moral, le quotidien qui devenait de plus en plus insupportable à vivre. Bref, énorme ras l’bol.

eh ouais...naïves que nous sommes... ;)

eh ouais…naïves que nous sommes… 😉

  • Un p’tit lien qui explique, selon moi, le plus clairement et le plus précisément ce qu’est la dermatillomanie, ses symptômes et ses causes. C’est sur le site d’un psychologue sur Paris (que je ne connais pas, je tiens à le préciser 😉 

Bonne lecture à tous/toutes et surtout…je vous souhaite, autant que je me souhaite à moi, de vaincre cette maladie et de reprendre le dessus sur vous même et sur l’ensemble de votre vie. Le chemin sera long, douloureux, faites de défaites, de victoires, de volonté, de démotivation, mais le résultat à la clef en vaut toute la peine et toute l’implication. J’en suis sûre. Persuadée même.

 

Sur ce, une petite citation, histoire de dédramatiser..mais qui veut bien dire ce que ça veut dire !.. :

 May the Peauwer be with you

Que la force soit avec toi

Signée la fille qui a écrit le texte, qui vous prie de bien vouloir l’excuser pour son blablatage et ses fautes d’orthographe.

Aside

Arrêter de se triturer la peau : conseils et astuces pour contrôler au mieux les crises de dermatillomanie

Tags

, , , ,

Hello tout le monde ! je vais directement rentrer dans le vif du sujet : que celui ou celle qui n’a jamais essayé de tout son coeur et de toute son âme d’arrêter de céder à l’appel des deux doigts sur le bouton sans rechuter comme une merde 3 jours plus tard me jette la première pierre….C’est fou le nombre de fois impressionnant ou la volonté, la motivation, l’espoir nous a envahit pendant quelques jours, pour ensuite retomber comme un clafouti dans le four (en fin de cuisson, vous savez, à l’ouverture du four..). Résultats : moral à 0, motivation perdue, espoir déchu.. On redoute toutes (et tous) la crise et la rechute.. Alors comment, clairement et concrètement, prévenir la crise ou la stopper quand vous êtes à quelques secondes du : trop taaaard !@!%!! (“mouhahahaha” dira votre jumelle maléfique..)

Objet du déli n°1 : le MIROIR

Objet du déli n°1 : le MIROIR

Il y a tout un tas d’astuces plus ou moins efficaces pour retarder ou empêcher une nouvelle crise de dermatillomanie. L’important est surtout de s’y tenir tous les jours et sur le long terme. Au début il faut y penser constamment et se faire violence, en faisant une gymnastique mentale. Ensuite, avec le temps les choses se font spontanément sans y penser. ça fonctionne pour moi, à condition que j’y mette de la volonté. Pour ma part, la volonté je la (re)trouve de plus en plus facilement par un questionnement simple : soit je fais le choix de m’en sortir et de tous mettre en oeuvre pour ça et de le faire à partir de maintenant, en refusant donc de continuer à (sur)vivre comme ça plus longtemps, soit le cercle infernal continu, avec tout ce que cela suppose, en passant constamment de haut en bas, de jours IN de jours OUT, de périodes de crise aux périodes de rémission, qui épuisent, fatiguent, démotivent, et ce pour encore des années…ce n’est pas ça la vie – ce n’est ça la liberté.

 

comme une jumelle maléfique en nous qui fait de nous ce qu'elle veut.. On est comme possédée...!

comme une jumelle maléfique en nous qui fait de nous ce qu’elle veut.. On est comme possédée…!

Alors voici quelques conseils, qui m’aident au quotidien :

  • éloignez vous le plus possible des miroirs. Maintenez une distance de sécurité entre vous et le miroir. Ne collez pas votre visage trop près du miroir. Regardez votre peau uniquement au moment du maquillage. Mettez un sparadrap par terre pour vous aidez et ne dépassez pas cette limite.
  • empêchez vous de mettre vos doigts sur votre visage. Malaxez des bibelots anti stress et coupez vous les ongles. Seuls les cotons et serviettes ont le droit à un contact avec votre visage. L’aspect tactile et charnel du triturage est très important dans la dermatillomanie. Pour calmer votre sens du touché et du contact qui est entrain de crier à l’intérieur de vous, autorisez vous à toucher, masser, lisser, sentir vos doigts, vos mains passés sur toutes les imperfections et aspérités de votre peau (sans gratter et percer évidemment) au moment ou vous mettez votre crème. C’est la seule fois ou vous pouvez passer vos doigts sur votre visage (sans vous regardez dans un miroir, ou alors de très très loin, ou alors dans la pénombre)
  • changez vos rituels soins. Limitez vous à quelques crèmes uniquement et à un rituel simple et efficace (crème jour/crème nuit, démaquillant, brumisateur, eau micellaire, masque hydratant/masque assainissant. Le strict minimum.)
  • collez des post it d’encouragements, de motivations et d’interdictions sur vos miroirs ou sur la porte de la salle de bain. Lisez attentivement et doucement chaque post it avant de vous démaquiller.
  • au moment de la montée d’une crise, forcez vous à vous stopper net (pincez vous, giflez vous..ce sera toujours moins pire que de se créer des plaies et de détruire votre peau), baissez vos bras le long du corps, reculez vous, réfléchissez à deux fois et respirez profondément et lentement.
  • toujours essayer de rationaliser vos gestes, vos actions, vos pensées. Soyez honnête avec vous même. Non, le bouton que vous essayez d’enlever ne vas pas partir plus rapidement. Il va dans 98% des cas grossir, rougir, s’infecter, saigner, faire une croûte, fragiliser la peau, laisser un pore déformé qui se formera alors à nouveau en bouton ou point noir, et rebolote. Tout ça parce que vous avez un minuscule bouton qui ne se voit pas et encore moins une fois camouflé.
  • rédigez un journal de bord avec les jours avec les jours sans, vos progrès, vos émotions.
  • consultez un psychologue ou un psychiatre pour identifier et verbaliser les problèmes et mal êtres qui vous amènent à faire ça (travail de fond obligatoire à mon sens).
  • entamez une thérapie comportementale ciblée sur votre toc, la gestion du stress et les “stratégies d’évitement”, ou “détournement de l’addiction” (des termes chelous de psycho quoi).
  • et enfin le meilleur de tous les conseils et sans doute le plus cliché mais le plus vrai : aimez vous. Respectez vous. Faites vous du bien. Souhaitez vous le bonheur et autorisez vous à être heureuse. Pardonnez vous. Estimez vous. Soyez tendre et compréhensive avec vous même. 

Aujourd’hui, j’ai décidé de m’autokiffer.

 

Quelle astuce concrète fonctionne le mieux pour vous ? celle qui vous retient du fameux craquage ?

Nosh’, qui essaie jour après jour d’appliquer le plus rigoureusement possible ces astuces…pourquoi pas vous ??

Challenge 30 jours, c’est parti !

Tags

, , , ,

Coucou ! Aujourd’hui, je me lance un défi ! Je voudrai me prouver à moi-même que je peux le faire. Que j’ai suffisamment de force mentale et de volonté pour y parvenir..

Je débute donc le challenge des 30 jours, à savoir : ne pas toucher ma peau, laisser mes imperfections tranquilles et continuer ma routine soin. Je suis particulièrement motivée, je veux dompter ce foutu toc tci. J’entame l’objectif aujourd’hui car l’état de ma peau depuis quelques semaines m’y encourage ! En effet, mes crises de dermatillomanie sont nettement plus espacées ces derniers temps (grâce aux démarches que j’ai déjà entrepris) et je sens ma peau se régénérer peu à peu oh yeah. J’ai moins de boutons et de points noirs (donc moins de tentations..), mon teint est plus net (moins de rougeurs, ma peau recommence progressivement à avoir la même couleur que le reste de mon corps.. chose impensable il y a quelques mois !)

Résultats dans 1 mois !

10014709_10203757663961104_2431562997595806932_n

Tous les jours ou presque, je ferai un petit bilan de ma journée FREE SKIN PICKING ! Si j’ai craqué ou non, si tentation il y a eu ou pas, comment j’ai évité la crise, les soins hydratants et anti acné apportés, l’état de ma peau, la cicatrisation etc…bref, un p’tit compte rendu.

Le planning “FREE SKIN PICKING” :

  •  je me démaquille dans le noir avec seulement une bougie parfumée allumée (pour le côté zenitude, afin que le démaquillage devienne un moment de détente et de plaisir -et non pas un moment de stress ou la crise se fait ressentir face à toutes ces imperfections misent à nu)
  •  les soins du soirs également dans le noir si c’est dans la salle de bain, sinon à distance des miroirs.
  •  ceux du matin, je les fait à 1m minimum du miroir et je ne scrute à aucun moment ma peau en y collant mon visage. Je le fais face au miroir dans ma chambre qui est presque entièrement recouvert de post-it de motivation, pensées positives, ordres etc.. De cette façon je ne peux pas voir entièrement mon visage.
  • je me maquille les yeux d’abord face à ce miroir “spécial toc” ou j’ai laissé un endroit libre de post-it dans lequel je ne vois que mon regard. Je me maquille le visage juste avant de sortir, comme ça je sais que je dois me presser et je n’ai pas le temps de scruter ma peau et de céder à “l’appel du toc”. Je ne me maquille le visage que dans mon miroir ou dans un miroir qui se trouve dans une pièce de communauté (le salon par exemple : je ne me touche jamais la peau quand je sais qu’il y a des personnes autour qui risquent de débarquer d’un moment à l’autre).
  •  j’essaie de ne pas passer mes doigts sur mon visage dans la journée.
  •  je me tient à ma routine soin tous les jours sans faire d’impasse, même fatiguée.
  •  si j’ai des soins localisés à faire (sur certains boutons), je le fais le plus rapidement possible, juste avant le couché.
  •  si je suis extrêmement tentée, je relis un à un et doucement mes post its en me concentrant sur ce qu’il y a de marqué et en respirant doucement et pleinement (technique de relaxation lors d’une crise d’angoisse et de stress baby)
  •  je ne “check” ma peau que lors des soins.
  •  je m’accorde des moment de détente (bains moussant, mise en beauté, soins de toutes les autres parties du corps aussi) pour reprendre possession de mon corps et me le réapproprier. En faire un “outil” de relaxation, de bien être qui peut me détendre, me faire du bien.
  •  je fais attention à mon alimentation (fruits, légumes, céréales complètes, moins d’aliments sucrés et gras)

Si j’ai tenu mon challenge jusqu’au bout et tous les jours (sans qu’il y ait eu de crise dévastatrice avec le moins possible de triturage), je m’offre un soin bio du visage dans un institut ! (j’ai dû faire ça deux fois dans ma vie..). Autant vous dire que j’ai hââââte ! Belle récompense non ? Puis la plus grande récompense sera juste d’être… bien. Libérée. À l’aise. Satisfaite d’addmirer une peau normale et sortir quand je veux et ou je veux. Vivre en fait. Tout simplement.. et pleinement.

ça fait rêver..

ça fait rêver..

C’est parti !!! Jour 1 ! On y croit !

 Qui m’aime me suive….Bon, on ne se connait pas, mais alors si vous aimez votre prochain, suivez-moi ! 😉

Nosh’, overmotivée ! 

Sites webs et sources d’informations qui m’ont aidé

Bonchouuuur ! 

C’est grâce à Internet que j’ai su que je souffrais d’un TCI et donc, d’une maladie. Voilà pourquoi il était si difficile d’arrêter (j’ai donc cessé de penser que j’étais faible, sans volonté..). Ma geekitude m’ayant poussé à faire une recherche assidue sur la dermatillomanie, j’ai parcouru des centaines de sites (des sites anglais aussi, ce trouble est plus souvent et librement abordé j’ai l’impression) en tout genre pour comprendre. en prendre pleinement conscience. puis accepter. Accepter que le problème était plus profond que ce que je croyais et me faire aider de toutes les façons possibles.

skinpickfeature-470x260

Voici les deux sites qui m’ont le plus aidé et j’y suis revenue régulièrement, dans mes moments de grand désespoir. Allez y jeter un coup d’oeil 😉

  • Le premier forum d’entraide sur doctissimo sur lequel j’ai participé. Il y a énormément de messages, il existe depuis 2006 et continu d’être actif aujourd’hui. Les internautes partagent leurs expériences, leurs astuces, leurs tentatives de guérison. J’ai personnellement lu chaque message un à un dans ma période obscure ou je restais cloîtrée chez moi tant mon visage était ravagé. C’est grâce à ce forum que j’ai vraiment pris conscience que je souffrais d’un trouble psychologique et que je n’étais pas la seule à souffrir de ça. On y parle ouvertement, sans tabous.

Je vous mets ma participation (les posts que j’ai écris j’me la joue narcissique un peu non ? 😉  Bon, ça en fait un paquet, mais si ça peut aider. Moi, de les écrire, ça m’a aidé.

10174856_10203767564968623_5497026395938397056_n

10259874_10203767565408634_5243625867108473163_n

10155863_10203767565608639_6929873597048430617_n

10170739_10203767565808644_3387549633262035496_n

1897764_10203767566048650_2291580617361370874_n10313041_10203767566728667_2992232623693618245_n

10155667_10203767567048675_5086120402393904736_n

10250038_10203767567368683_8522648423184171778_n10155975_10203767567608689_2256138741674575405_n

10313739_10203767567888696_7495201851650500624_n

1001947_10203767568128702_1034623005453867860_n

1002678_10203767568368708_2049813227311270835_n10172774_10203767568568713_298326425690882823_n10157160_10203767568848720_4241804562092490361_n10001445_10203767569048725_6422163385170704739_n1002678_10203767568368708_2049813227311270835_n10259899_10203767569608739_9205468781119313798_n

  • Ce site est tenu par une personne qui souffre de ce trouble et qui s’en ai sorti (quand elle dit qu’elle est guérie, mais elle admet qu’elle ne le sera jamais entièrement, que ce toc la guette toujours..un peu comme une personne qui a soigné son addiction à l’alcool, il faut toujours rester sur ses gardes). Conseils, astuces, cheminements pour se libérer du grattage. Il y a également beaucoup de commentaires de dermatillomaniacs (j’aime bien lire les expériences personnelles des gens qui vivent la même chose, je m’y reconnais tellement enfait on est un peu une grande famille). 

Je posterai d’autres liens plus tard ! le temps de les (re)trouver.

 Prenez soin de vous.

 

Nosh’ 

 

Mes Bestelers de crèmes ! pour essayer de régler au mieux l’aspect dermatologique de la dermatillomanie

Tags

, , , , , , ,

Hey coucou ! Bon, en parallèle d’un suivi psychologique (dont je parlerai plus tard), il faut réapprendre à prendre soin de sa peau, à l’écouter et à lui apporter ce dont elle a besoin. J’ai, un jour (il y a plusieurs mois), reconsidéré touuus mes rituels soins, mes crèmes, mes habitudes etc..pour me fixer un tout nouveau programme beauté/soins simple et efficace. 
Comme la plupart des dermatillomaniacs, qui ont des problèmes de peaux constants et soigneusement entretenues par nos très chers foutus doigs et ongles, j’ai dû testé une muuuultitudes de crèmes en tout genre (une petite centaine je dirai. “J’ai mal à mon porte-monnaie”). Bien sûr, ce que je recherche par dessus tout, c’est LA crème post-crise. Pour réparer, assainir, cicatriser, tout en hydratant. Bref, le truc impossible à trouver la totale quoi. J’ai ENFIN trouver mes petites merveilles (sachant que chaque peau réagit différemment selon telle ou telle crème). Déjà, je suis et resterais fidèle aux produits de la marque Avène (recommandés souvent par les dermatologues et les medecins). Les composants sont doux, hypoallergéniques, formulés spécialement pour les peaux hypersensibles et réactives. Il n’y a ni parabens ni silicones ni parfum dedans. On est quasiment sûre qu’il n’y a pas de cochonneries et c’est indispensable pour nos peaux fragilisées et malmenées par nos attaques incessantes..
skin
J’ai fais une catégorie pour chaque soin recherché (à prendre ou à laisser, histoire de donner des idées, après c’est vraiment subjectif, mais en mettant ces crèmes quotidiennement et sur la durée, ma peau va mieux, est plus équilibrée, hydratée, protégée, soignée, blabla).
La 1ère étape indispensable, dans n’importe quelle circonstances (qu’on soit fatiguée, malade, la tête dans les toilettes à vomir la gueule de bois, pas chez soi etc..) : j’ai nommé, le démaquillage biensûr !
demaquillant
  • lait démaquillant anti rougeurs Avène : je le mets sans coton, avec mes mains, il démaquille très bien en un seul passage. J’utilise un coton pour retirer le surplus. Il laisse la peau toute douce et limite les rougeurs (le produit est vert/bleuté, couleurs qui neutralisent les rougeurs). Aucune irritation, ça ne pique pas du tout la peau, ma peau est apaisée et même réhydratée. Je fais ça le soir si je me suis maquillée. Ça démaquille même les yeux maquillés légèrement (non waterproof).

2ème étape essentielle : l’hydratation (nos peaux de dermatillomaniacs ont particulièrement besoin d’être hydratée, avant une crise, après une crise, en période de rémission, boutons ou non, croûtes ou pas. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, j’ai remarqué que l’hydratation aide à la cicatrisation et à la réduction des boutons davantage que des produits asséchants/assainissants/cicatrisants).

peau intolerante

  • crème hydratante légère peau intolérante Avène : crème toute simple pour peau sensible et réactive. J’adore l’odeur typique des produits Avène (odeur féminine, simple et poudrée). Elle hydrate juste comme il faut, je prends la légère, l’autre est trop concentrée pour ma peau. J’en mets en plus grande quantité quand ma peau est très sèche (presque craquelée quand je sèche par tous les moyens mes petits et gros cratères à la suite d’une crise..) et le lendemain la peau a tout absorbé, elle est veloutée et réhydratée.

forever

  • crème au propolis et à l’aloe vera (“aloe propolis”) de Forever  : cette crème est faite à base d’aloe vera et de propolis (qui se trouve dans le miel : le miel est un excellent cicatrisant utilisé pour soigner les plaies et les cicatrices des grands brûlés). Elle est multifonction : plaies, boutons, cicatrices, ridules, rougeurs, hydratation etc… mais difficile à trouver (bouche à oreille, vendeurs indépendants), son effet est immédiat et je l’aaaadore. Quand je la mets (surtout le matin) ma peau est plus homogène, elle a beaucoup moins de rougeurs, le teint est plus net, plus lumineux. C’est assez dingue. La texture est riche, presque pâteuse, il faut en mettre un petit peu, par contre la peau l’absorbe vite, sans aucun effet gras, vous pouvez vous maquillez rapidement après. De plus, la peau est comme “repulpée”. Je la mets certains jours, de temps en temps (il y a un silicone dedans et de la “Fragrance”, ce n’est pas un produit totalement bio) mais j’ai une amie (celle qui me la conseillé et qui a la cinquantaine) atteint de rosacées persistantes qui a tout essayé et qui ne jure plus que par elle. Dès qu’elle arrête de la mettre, en une semaine ses problèmes de peau revienne. Sur l’acné ça marche bien aussi, moins de gros boutons. Je vous conseille vivement d’essayer de vous la procurer et de la tester sur le long terme. La présence de silicone est moindre, elle ne m’a personnellement jamais provoqué de boutons et de points noirs – les pores ne semblent pas être bouchés donc). Je l’applique aussi en masque (en couche épaisse).

3ème étape, le nettoyage au reveil : toujours penser le matin, après une bonne nuit faite de détoxication et de transpiration hum glam à nettoyer rapidement et légèrement votre peau pour la débarrasser de ces impuretés post-nuitée.

Image 49508

  • Eau micellaire Créaline H2O Bioderma : c’est mon eau micellaire préférée (j’ai testé l’eau micellaire pour peaux normales à mixes de la même gamme, au fur et à mesure, ma peau se desséchait et elle devenait encore plus réactives. Trop agressive). Elle rafraîchit, nettoie la peau délicatement. Elle est à mon sens idéale pour les peaux très sensibles comme les nôtres, elle n’agresse pas la peau mais la nettoie en douceur. Aucune démangeaison ni sécheresse.

4ème étape, les soins/masques de la peau pour l’hydrater intensément et en profondeur, la “regorger”.

masque hydratant

  • masque hydratant apaisant Avène : c’est mon masque préféré pour hydratant intensément (sans la “graisser” surtout) et apaiser la peau hypersensibles et malmenées par nos triturages en tout genre! J’en fais deux fois par semaine, en fin de journée. Et autre avantage, elle accélère le processus de cicatrisation sur les boutons triturés et les croûtes (miam). Dès que j’enlève le masque après 15/20 min, je remarque tout de suite que les boutons excoriés sont asséchés et les parties saines de ma peau complètement repulpées et rehydratées ! Fini velouté assuré. Je le recommande donc le lendemain d’une crise, c’est juste génial. Je pense que plus on hydrate la peau, meilleure est la cicatrisation plutôt que de chercher à assécher la peau.
5ème étape, régénerer, reconstituer la peau (cicatrisation, reconstitution):
avane cicalfate
  •  crème cicatrisante cicalfate Avene : un indispensable, elle hydrate, rééquilibre la peau, évite la surinfection et cicatrise mieux les plaies. Comme toutes crèmes cicatrisantes, je vous conseille de la mettre le soir, pendant plusieurs jours, au lendemain d’une crise. Ou même de temps en temps, pour rééquilibrer une peau parfois mixe, qui brille et se graisse (composants antibactériens assainissants).

cicatril

 

  • cicatryl : à appliquer sur les plaies et croûtes localisées. À mettre le soir car c’est assez riche et gras. Le lendemain, cicatrisation accélérée et boutons asséchés ! c’est aussi préconisé pour les brûlures.

ialuset

  • Ialuset : Elle est détourné pour d’autres fonctions (anti ride, hydratation), et elle régénère réellement la peau. J’en mets dans ma crème hydratante pour mieux hydrater les jours ou je sens la sécheresse arrivée ! J’en mets parfois uniquement sur les boutons triturés (non infectés et non suitants comme indiqué sur le tube), cicatrisation impressionnante (à condition qu’on n’arrache pas les croûtes et qu’on les laisse tomber toute seule comme des grandes). C’est une crème indispensable pour moi, pour sa fonction cicatrisante, et régénérante. Il y a un composant dedans (acide hyaluronique) utilisé aussi en chirurgie esthétique et ça reconstitu vraiment la peau, sa texture et sa qualité. Les tâches sont progressivement estompées et les creux comme “renfloués”. Vraiment je vous la recommande. Beaucoup de femmes d’âge mûre l’ont détourné comme soin anti rides notamment. 

6ème étape, prévenir les imperfections et les boutons. Dans nos cas particuliés, c’est souvent la présence et la vue de boutons qui déclenchent la crise (je ne vais pas volontairement me “défouler” sur mes boutons et évacuer mes tensions internes et mon stress, c’est quand j’en vois que ça devient une “bonne occasion” d’évacuer le stress jusqu’alors cumulé, comme une sorte de prétexte inconscient pour me libérer des tensions). L’idée est donc d’avoir une peau la plus nickel possible (en acceptant ses défauts et ses imperfections, quand je dis “à peu près nickel”, ce n’est pas “parfaite” mais “présentable et acceptable avec ces imperfections qui seront toujours présentes. “seuls les morts n’ont pas de points noirs” dixit une dermatologue..)

eff

  • effaclan : en libre service à 5mg, sur ordonnance à 10mg. De la même catégorie que ketrel, cutacnyl, differine et tous ces noms chelous que vous n’savez plus comment prononcer que les dermatos vous prescrivent. Elle est destinée essentiellement à traiter les boutons (aucune hydratation). Je l’utilise le soir avant de me coucher sur toutes les zones où j’ai des micro kystes et des points noirs, deux soirs de suite puis je fais une pose et j’en remets deux soirs de suite 3/4 jours plus tard. Attention elle est très agressive surtout pour nos peaux sensibles. Mais très efficace. Ça assèche tous les petits boutons, et ça traitent aussi les points noirs. Dès la première utilisation, certains points noirs qui me faisaient de l’oeil avaient disparus le lendemain matin et certains mycro-kystes avaient bien séchés (ils ne brillent et ne “pustulent” plus et sont plus “durs”). Toujours penser à hydrater matin et soir au maquillage/démaquillage. Tartinez l’équivalent d’un petit pois. Il faut faire légèrement pénétrer la crème. Il faut juste savoir bien l’utiliser niveau quantité et fréquence. Quand j’étais ados, on m’avait prescrit une autre crème du même genre et j’en mettais n’importe comment, résultats : catastrophiques  Peau ultra supra desséchée, à vif, qui pelait, grosses rougeurs, du coup la peau agressée se révolte et produit davantage de sébum pour réequilibrer, donc boutons, kystes, points noirs, brillance pouaaahlala. N’en faisant qu’à ma tête, j’en mettais trop en quantité et chaque soirs,l j’hydratais à peine ma peau, mes boutons se voyaient encore plus, ils étaient à vif (toutes ma peau était à vif en fait lol –‘), bref la cata. J’ai tenu 1 mois et j’ai arrêté (génial).

0065069986-pate-grise

  • pâte grise de Payot : mon petit trésooor (la meuf qui commence à donner des p’tits surnoms so niais et mièvres à ces crèmes…ça sent le manque affectif !.. ;). Pour les boutons localisés (boutons rouges mais surtout micro kystes) j’applique cette fameuse et réputée pâte qui fait clairement ses preuves depuis des décennies. En effet, elle existe depuis la nuit des temps (j’exagère toujours) et fait sincèrement des petits miracles. Elle fait mûrir les boutons plus vite et les asséchent : résultats, en deux nuits, plus de boutons bancs désagréables qui peuvent rester là des jours et de jours (à attendre je n’sais quoi d’ailleurs). Je fais un gommage au sucre le lendemain de la deuxième nuit, ça fait partir plus vite les boutons “morts” grâce à cette pâte. C’est LA découverte de cette année niveau produits anti acné pour moi (la véritable question est : pour-quoi personne ne m’en avait parlé avant ?!….pourquoi j’étais pas au courant ??.. POUR-QUOI ?. c’est intolérable).

VP16717_rec_main

  • crème anti imperfections global de Vichy : je l’utilise deux soirs de suite pour avoir la peau nette le lendemain au réveil et pour quelques jours. Elle ressère bien mes pores, fait un teint plus uniforme et elle matifie les zones mixes tout en hydratant l’ensemble de la peau, et ça, c’est important pour moi. Après deux soirs d’utilisation, ma peau est plus saine et plus belle pour les trois prochains jours. Je vous conseille de la mettre le soir, elle peut pelucher, donc pas top pour le maquillage après !
J’espère vous avoir apporté quelques idées ! je referai des posts sur d’autres produits que j’affectionne, ou d’autres prochaines bonne découvertes. Et vous, quels sont vos produits chouchous dont vous ne pouvez plus vous passer ?
Nosh’, qui a le masque aloepropolis de Forever sur la face.

Jour 1 NSP (No Skin Picking)

Tags

, , , , , , ,

Aujourd’hui je me suis réveillée tard (lendemain de soirée..). J’ai fais mes soins habituels, j’ai caché rapidement mes cicatrices sous mon correcteur et j’ai fais un tour en ville (les magasins allaient bientôt fermer j’ai du me presser : fashionnista oblige non je blague je suis fauchée en c’moment).

Niveau peau, j’ai quelques micro kystes qui ont pointé le bout de leur nez hier. J’ai notamment un bouton excorié (une boule sous la peau invisible qui -je le savais- refermait du pu (glam) je l’avais percé y’a quelques jours, ça s’est transformé en un moyen kyste :/), je sais qu’il est là mais facilement camouflable et il ne fait pas que j’y touche, sinon cicatrice assurée (garder l’objectif en tête : 0 cicatrice).

g_2042699118

Niveau démaquillage, je viens de le faire dans le noir avec bougie. C’est très agréable (bien que j’ai l’impression d’être un vaudou qui s’apprête à faire des incantations pour communiquer avec l’haut delà.. :p). Je l’ai allumé avant de rentrer dans la salle de bain (détail qui a son importance). Je l’allume à l’extérieur dans une pièce éclairée comme ça je suis sûre de ne pas avoir à allumer la lumière de la salle de bain. J’étais tendue face au miroir, un peu stressée. Puis je me suis concentrer sur mes gestes, je les ai fait leeentement. Et ça m’a détendu. La bougie parfumée doit aussi y être pour quelque chose haha. J’ai mis ma crème hydratante puis hop fini. Je m’éloooigne des miroirs et je profite de ma soirée sans y penser..

J’ai mis la fameuse pâte payot sur mes micro kystes juste avant d’aller au lit. Pas de tentation. “Ce n’est pas en les touchant ou les perçant qu’ils se verront moins et que je les aiderait à partir !” n’est-ce pas ?!.. – c’est fou la gymnastique mentale qu’il faut faire, à chaque instant ! mais bon, c’est normal au début. 

 portret

Ps: maman m’a acheté de la tisane bio indique pour l’éclat du teint. C’est avec des fleurs et des plantes variées. Je sais pas ce que ça peut donner mais c’est vrai qu’une consommation régulière de thé vert est réputé pour donner un plus joli teint et une peau plus lumineuse et équilibrée. On verra bien, ça coûte rien..(enfin, si, ça compte le prix du sachet de tisane mais c’est mam’s qui régale 😉 Je prendrai une tasse maxi par jour (y’en a pas beaucoup dans le sachet) . Elle l’a acheté en institut (celui dans lequel j’irai me faire un soin bio si je réussi mon challenge..hihiiii). Ça me fait plaisir qu’elle pense à moi comme ça. J’ai l’impression qu’enfin elle prend pleinement conscience de ma souffrance et du caractère véritablement maladif de cette “manie” dont il est particulièrement difficile de se détacher…

Image

Mon miroir “spécial dermatillomanie” anti triturage

Oui oui, cette photo un peu surréaliste, c’est mon miroir anti-troubleducomportementimpulsif ! Et, malgré son côté un peu schizophrénique, depuis que le l’ai cerné de post its (j’en ai rajouté depuis pour le combler au max), il m’aide beaucoup mine de rien. Je laisse des endroits vierges pour pouvoir me maquiller, et au moment d’une tentation, je me pose (dans ma tête) et je lis un à un les pensées positives et rationnelles qui y sont écrites. J’ai fais un planning soin peau de la semaine aussi (post-its jaunes au centre).

 Non, vraiment, il me rassure je vais pas bien du touuut.

Alors évidement, je ne laisse personne rentrer dans ma chambre, sans retirer le miroir et le cacher fissa.

J’ai aussi un miroir en pied accroché à ma porte. J’ai mis deux feuilles de papier là ou je vois mon visage (pour que je ne puisse pas le voir) et j’ai laissé un léger espace entre les deux feuilles pour que je puisse voir seulement mes yeux et les maquiller. Un jour, je sais que je n’aurai plus besoin de prendre toutes ces précautions.

  • Vous aussi vous avez un miroir anti grattage ?? 

Jour 2 NSP

Tags

, , ,

J’ai évité les miroirs toute la journée, je me suis occupée j’ai la chance de ne pas savoir m’ennuyer. J’ai mis ma crème cicatryl sur les croûtes que j’ai encore. Les micro kystes de la veille se sont bien résorbés et asséchés grâce à la pâte payot !

J’ai par contre failli gratter un bouton près de l’oreille, sans réfléchir en regardant la télé. Je me suis vite rendu compte que je commençais à passer mes doigts dessus et j’ai stoppé net ! Non non non !

tumblr_lrw31pifnT1r12wozo1_500

Ça me fait bizarre quand je passe devant un miroir. Je suis surprise d’avoir une peau quasi uniforme niveau teint (de loin hein faut pas déconner), ça fait longtemps que ça ne m’était pas arrivé ! ça me motive à ne pas craquer.

Jour 4 NSP

Bon.. Je suis à mon 4ème jour de do not pick. Et j’ai craqué sur deux points noirs damnatiooon. Et chose incroyable mais vrai, je n’ai pas réalisé. Je n’ai pas pris conscience. J’ai complètement (quand je dis complètement c’est complètement) “oublié” de ne pas trituré ma peau. J’ai limite était choquée d’avoir zappé à ce point de mon cerveau mon objectif.

image

Bon, pas de panique, ils étaient en “surface”, hébergés sous une croûte en fin de cicatrisation sur mon nez, qui est tombée (vive les détails répugnants). Mais, tout va bien, j’ai à peine eu à presser. Puis j’ai désinfecté. C’est vraiment après coup que j’ai soudain repris mes esprits “mais.. Mais ! Mais putain je dois pas toucher !”… Je trouve ça inquiétant et en même il y a rien d’étonnant. Ça fait parti du concept du tci et de son impulsion, ainsi que de l’état de semi conscience qui s’en suit. C’est comme si à ce moment précis mon cerveau (dans sa partie inconsciente) avait volontairement fait abstraction des pensées rationnelles en contrôlant ma conscience et ma raison et en la faisant lui fermer sa bouche. (c’est incompréhensible ce que je viens de dire).

image

Je n’ai heureusement aucune marques, ni saignements. Je n’ai pas crisé par la suite. J’ai stoppé net (on s’autorise à 1 seul bouton, juste 1, puis 2 puis oh allez 3 et c’est trop tard). Ça s’est déclenché quand je me suis retrouvé face au pire des miroirs, celui de ma cuisine, avec des luminaires de bloc opératoire. Je me suis collée au miroir pour voir l’évolution de la plaie que j’ai sur l’arrête du nez qui est là depuis des semaines, que je reblesse et reblesse sans cesse (la peau de mon nez mets beaucoup plus de temps à cicatriser et surtout mon nez est une mine de points noirs donc grosse tentation de tout éradiquée. La nouvelle peau réformée sous la cicatrice est tout le temps cernée de minuscules points noir et points blanc, je craquais tout le temps dernièrement). Du coup, c’est LA zone que je ne dois plus toucher et que j’ai vite envie de voir s’améliorer (je redoute la cicatrice en creux..).

Bon, je vais prendre soin à fond de cette zone sans psychoter, tartiner de cicalfat et cicatryl puis d’ialuset.

Sinon, je suis dans ma période des huits jours sans pilule. J’ai des boutons hormonales et ma peau est donc plus réactive, et toutes les imperfections ressortent raaaah. C’est dans ces moments que je craquais le plus (oui, craquais : je fais en sorte de conditionner mon cerveau à la guérison en employant le passé lol..)

image

Conclusion : comme je le disais et ça se confirme encore, je ne regarde plus mon visage de près dans la glasse et sous une lumière puissante. Allez, on y (re)croit !

Bref, tout ça pour ça 😉 je sentais aussi que j’étais un peu tendue et stressée aujourd’hui. À fleur de peau(wer) .. je ferai un article plus tard sur la gestion concrète du stress, je pense que c’est essentiel pour espérer guérir.